105 / SEPTEMBRE À OCTOBRE 15

 

 

  • 106_01
  • 106_02
  • 106_03
  • 106_04
  • 106_05
  • 106_06

 Photos © Maxime Rizard

 

Tilman

REFLEKTORIUM, Voyage au bout de la nuit

En Résonance avec la Biennale de Lyon 2015 / Focus.

 

Exposition › 07.09.15 › 30.10.15
Vernissage  ›  05.09.15 › 15H

 

 

Cette installation architecturale, intitulée “REFLEKTORIUM”, fut conçue et réalisée par l'artiste allemand, Tilman, spécifiquement pour le site de la Factatory, à l'occasion du programme Résonance de la Biennale de Lyon, à l'invitation de SNAP-Projects, en partenariat avec la galerie Tator.
Communément, un reflektorium désigne un espace dans un monastère ou un cloître, dans la culture chrétienne ou bouddhiste. Considéré comme un lieu sacré ou de grande importance, il est souvent l'endroit où les membres d'une communauté se rassemblent pour partager un repas, des pensées et des idées, pour réfléchir ou méditer.
D'un point de vue formel, le travail de Tilman porte avant tout sur la lumière et l'espace architectural (naturel et éphémère) ainsi que sur les notions d'interactions, d'échanges et de perceptions qui en découlent.
Cependant, au-delà de l'aspect formel et esthétique de l'oeuvre, des éléments narratifs y sont dissimulés afin de permettre un second niveau de lecture. Les structures ou objets de Tilman cherchent une interaction avec le spectateur, en générant sa participation physique et intellectuelle, tout en questionnant les périmètres de sa perception. Ici, la structure architecturale consiste en un espace ou une plateforme où chacun est invité à venir réfléchir à sa situation ou sa vie personnelle au sens large. En d'autres termes, elle permet de s'accorder du temps pour penser, se concentrer et méditer sur l'instant. D'un autre point de vue, cette installation traite de faits réels au travers d'une vidéo rudimentaire qui donne à voir des images de la mer (malgré la quiétude ambiante, l'atmosphère est menaçante et pourrait tourner au drame). Cette vidéo s'intitule 'Voyage au bout de la nuit' (voyage dans l'incertitude). Par ce lien visuel, l'artiste cherche à générer une prise de conscience auprès du public, au sujet des évènements dramatiques actuels concernant les réfugiés; l'artiste questionne notre responsabilité et la manière dont nous sommes exposés à ces faits par l'intermédiaire des médias.

 

 Ce désastre humain, concernant les réfugiés cherchant à atteindre l'Europe chaque jour, est tout aussi révoltant que la manière dont les bureaucraties impuissantes en apparence, gèrent le problème. Le système semble débordé par cette situation, qui est causée en grande partie par les nations industrielles de premier plan (conséquence sournoise du colonialisme, de l'interventionnisme politique, de l'avidité sans bornes pour les ressources, de l'exploitation de la main d'oeuvre pas chère ...).
La couverture médiatique et les déclarations des hommes politiques ne font que se focaliser sur les faits au quotidien sans révéler les causes réelles de la problématique existante. Enfin et surtout, nous sommes en grande partie responsables des raisons pour lesquelles des milliers de gens prennent des risques inconsidérés lors de ces traversées incertaines et souvent tragiques. Ne nous cachons pas derrière des actes de compassion occasionnelle et des phrases vides!
En tant que membre d'une société dite 'humaniste', nous ne devrions pas tourner le dos à cette réalité. Nous devrions plutôt prendre nos responsabilités et nous confronter aux faits. Bien sûr que nous faisons de grands efforts pour loger ces êtres humains mais le marchandage et l'incompétence évidente de ces politiciens carriéristes est troublante. Pourtant, le plus important réside dans notre perception et nos convictions intimes.
Tilman, août 2015

 

galerietator-1.png