104 / JUILLET À DÉCEMBRE 15

 

Maxime Lamarche

FACTATORY BOAT, De l'eau dans les voiles, du vent dans le gaz

«  Le projet que je mets en œuvre ici vient répondre à la fois à la curiosité du passant car, en extérieur, volumineux, par conséquent  visible de tout à chacun depuis le trottoir, tout en s’accordant à lier sa forme sculpturale à une fonction sur le site. Envisageant la Factatory comme une plate-forme offshore, l’oeuvre vient s’y greffer et répondre à certains de ses problèmes d’autonomie (eau et électricité). L’eau pourra notamment servir à l’irrigation d’un jardin potager adjacent à l’usage des résidents de la FACTATORY.


Un voilier de tôle de 5m de long et de haut, fabriqué par l’hybridation d’une Chevrolet corvair 900 monza de 1967 répond à ces problèmes. La voile rigide et colorée fabriquée en résines/fibre de verre permettra la captation de l’eau de pluie qui sera stockée dans la coque du voilier (doublée par un bac en résine polyester sur mesure). Le capot arrière du véhicule abritera un groupe électrogène ainsi qu’une pompe à eau jouant le rôle de la liaison en énergie avec les ateliers. Le bateau gardera son aspect usé, métallique défraîchi, stabilisé dans le temps par un verni adapté.


La chevrolet véritable emblème d’une industrie capitaliste florissante et qui a touchée ses limites (Faillite de Détroit, notament ), est utilisée d’une manière poétique en objet « survivaliste » qui tente de ne pas subir les ravages du temps et de maintenir la tête hors de l’eau. La « corvair » voiture populaire qui fût qualifiée à sa sortie de « unsafe at only speed », insécurisante à toutes les vitesses, aurait eu autant de tenue de route qu’un paquebot sur la neige. Non dénué d’humour, le projet tente de réconcilier une esthétique et un concept de l’automobile d’avant garde, désormais en cale sèche, à repenser. »

Maxime Lamarche, mai 2015

 

 

Pour plus d'informations sur le projet :
http://www.maxime-lamarche.com/#factatory-boat

galerietator-4.png