095 / NOVEMBRE À DECEMBRE 13

"TRANSIZIONE"

Emmanuel Louisgrand

  • elouisgrand-001
  • elouisgrand-0010
  • elouisgrand-002
  • elouisgrand-003
  • elouisgrand-004
  • elouisgrand-005
  • elouisgrand-006
  • elouisgrand-007
  • elouisgrand-008
  • elouisgrand-009

Photos: MarenOLLMANN©2013


Exposition › 23.11.13 › 01.12.13
Vernissage  ›  22.11.13 › 18H30

Dans le cadre de la manifestation ‘Torino incontra la Francia’, la galerie Tator a été sollicité en tant que commissaire artistique par la Région Rhône-Alpes et Rhône-Alpes Tourisme pour investir quelques pièces du somptueux Palazzo Saluzzo Paesana, palais de style baroque tardif ou rococo, de la ville de Turin, du 23 novembre au 1er décembre 2013. Elle propose d'inviter un artiste plasticien avec lequel elle collabore depuis plus de dix ans: Emmanuel Louisgrand.


Emmanuel Louisgrand est Stéphanois mais depuis quelques années il partage sa vie et sa pratique d’artiste entre les villes de Saint-Etienne et de Turin. Héritier du Land Art et du Minimalisme, il se revendique également de l’Arte Povera. Son travail consiste en la création de jardins artistiques en milieu urbain, qui en écho aux jardins ouvriers, impliquent souvent la participation des riverains. En résidence au PAV (Parc d’Art Vivant) de Turin depuis 2009, il persévère dans la création d’œuvres végétales pérennes, qui s’apparentent également à des sortes d’ateliers à ciel ouvert, en constante évolution.

À l’occasion de cette invitation au Palazzo Saluzzo Paesana, Emmanuel Louisgrand souhaite relever le défi d'investir des espaces intérieurs en créant plusieurs installations in-situ pensées spécifiquement pour ce palais aux ornements riches et sophistiqués, datant du 18ème siècle. Tel un clin d’oeil et un hommage à l’Arte Povera, ses oeuvres, constituées d’éléments naturels et de matériaux de construction, présentées dans ces espaces feutrés chargés d’histoire, viendront questionner la dialectique entre nature et culture ainsi qu'entre beaux-arts et arts décoratifs.

Dans l'Atrio, l'artiste présente l'installation inédite 'Omero mi piacerebbe...', (Techniques mixtes, Turin, 2013), projection mentale d’une intervention artistique potentielle dans l’espace public de Turin (en collaboration avec le jardinier Nicolo Taglia), plus précisément sur la place Omero où se trouve actuellement le "Jardin zen", aménagé en 2007. Emmanuel Louisgrand souhaiterait réactiver cet espace urbain qui lui semble en désuétude. Il pose ici les jalons de son projet, sous la forme d'une installation aux allures de maquette ou de note d'intention en trois dimensions, composée d'éléments aux origines diverses: matières premières et organiques (courges, troncs d'arbre...), produits manufacturés (néons, outillages...), oeuvre empruntée (Piazza Omero phase 2, peinture sur toile de Véronique Torgue, Turin, 2013)...

Puis le spectateur est invité à poursuivre dans la Camera di Parata et découvrir la vidéo Vendemia (vidéo de 3 minutes, performance faisant apparaître Emmanuel Louisgrand et Audry Liseron Monfils; vidéographeur: Eve Flocher, Perréon, 2013), portrait rapproché de deux hommes torses nus travaillant le raisin dans une cuve, à l’occasion de vendanges dans la région du Beaujolais. Cette vidéo en clair obscur, à l’esthétique caravagesque révèle la beauté des corps dans l’effort et évoque la dimension physique des interventions d’Emmanuel Louisgrand.

Enfin, dans la Sala del Consiglio, l'artiste choisit de réactiver Koivu, série de 67 vases en porcelaine, réalisés par ses soins à Helsinki en 1999, dans le cadre d'une résidence (Pépinière européenne de jeunes artistes). La préciosité du matériau et l'élégance des lignes semblent de circonstance dans cette pièce au mobilier raffiné, mais les motifs végétaux et les formes longilignes des vases sont évocateurs d'un univers tout autre: une forêt de bouleaux. L'artiste a élaboré un dispositif neutre venant se greffer sur le mobilier existant: une table de marbre est surmontée de contreplaqué blanc. Le mobilier fait désormais office de socle, la dimension décorative des vases s'efface peu à peu pour laisser place à l'oeuvre.

 

 

 

 

 

 
galerietator-3.png